Règlementation et Labels

Le tourisme français repose sur de nombreux textes de lois qui répartissent les compétences entre les différents échelons territoriaux, précisent les métiers du tourisme, les conditions de vente des voyages…, qui sont regroupés dans le code du tourisme.

D'autres textes vont garantir la sécurité et l'accessibilité des clientèles aux hébergements et activités.

Ils s'imposent aux professionnels du tourisme qu'ils soient publics ou privés, et constituent la réglementation du tourisme.

D'autres textes ont pour objet de répondre aux attentes des clientèles, ils supposent une démarche volontaire des acteurs du tourisme qui souhaitent voir valoriser leurs actions par une certification un label, une qualification ou une charte.

La certification s'appuie sur un référentiel, elle fait l'objet de contrôles réguliers assurés par un organisme extérieur. Il s'agit par exemple de l'Ecolabel Européen ou des normes ISO 14000 gérées par l'AFNOR.

Le label repose sur un référentiel défini à partir d'un cahier des charges élaboré par un groupement de professionnels. Ils sont généralement gérés par des associations ou organisations officielles.
On distingue les labels internationaux (Patrimoine mondial de l'UNESCO…), les labels environnementaux (Villes et villages fleuris, Stations Vertes …), les labels en lien avec l'hébergement ou la restauration (Logis, Gîtes de France, Clévacances, Restaurateurs de France…)

Dans la charte, les modalités de contrôle sont les plus faibles, elle est définie à partir d'une analyse des besoins des clientèles.

Les restaurateurs qui ont des compétences professionnelles reconnues et se sont engagés à travailler des produits bruts, essentiellement frais, peuvent prétendre au titre de Maître Restaurateurs, décerné par l'Etat au travers des Préfets, à partir d'un audit externe.


Tourisme durable

La notion de tourisme durable a fait son apparition il y a une dizaine d'année. Face à l’évolutio...